Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

~~ Ce ne sont pas des nouveaux venus au Front National mais c'est la première fois qu'ils sont candidats à une élection, en l'occurrence dans le canton Carcassonne 1. Ce n'est pas complètement vrai pour Josette Posocco qui était en sixième position sur la liste frontiste aux municipales à Carcassonne. Surveillante pénitentiaire pendant vingt-cinq ans, Josette Posocco fera équipe avec Dominique Escriva, 48 ans, gérant. Discret sur la scène politique jusqu'à maintenant, ce duo a décidé de passer à l'action parce que la politique du FN correspond à ses idées depuis tant d'années. À un mois et demi du premier tour de l'élection départementale, ces deux candidats tracteront ce dimanche pour la première fois. «Ce sera une sortie de présentation avant d'exposer notre programme», disent-ils. À propos de programme, Dominique Escriva se contente de dire : «Ne pas gâcher l'argent public avec des hausses d'impôts». Une parole de bon sens derrière laquelle Robert Morio s'empresse de rappeler : «Nous voterons dans un mois en demi, mais nous sommes toujours dans le flou des futures compétences du conseil départemental. Lorsque nous en saurons un peu plus, nous dirons nos projets pour ces territoires». Soulignant au passage que Josette Posocco et Dominique Escriva sont candidats dans le canton où est le siège administratif du conseil général, le secrétaire départemental du FN déclare : «Il y a trois sortes de dépenses de l'argent public : les dépenses utiles ; les dépenses futiles qui sont les subventions ; et les dépenses inutiles comme un parc automobile démesuré au conseil général, quatre ou cinq chefs pour un service, qui grèvent le budget de fonctionnement». Aujourd'hui Robert Morio présentera les candidats dans le canton 2. La candidature du leader FN dans l'Aude est attendue. Il attend une nouvelle poussée des électeurs du Front à moins que «les électeurs UMP jouent les supplétifs du PS». La Dépêche du Midi

Partager cette page

Repost 0
Published by robert morio