Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 19:56
Front National : la ruralité au coeur du programme

Interview dans l'indépendant du mercredi 20 janvier 2010.

Languedoc-Roussillon. France Jamet, tête de liste FN, défend un programme "pour l'emploi" ancré sur la revitalisation des campagnes. Avec toujours la préférence nationale en toile de fond.

Vous avez été une des premières à annoncer votre candidature pour les élections régionales. A deux mois du scrutin, comment se passe la campagne ?
Je suis en permanence sur le terrain et avec les militants. Aujourd'hui, les sondages nous créditent de 15 % des voix et je sens un véritable frémissement.

C'est-à-dire ? Pensez-vous recueillir les voix des déçus de Nicolas Sarkozy ?
La partie de l'électorat du FN qui a cru en Nicolas Sarkozy en 2007 est revenue vers nous. A présent, même des anciens militants

de l'UMP se tournent vers le Front National. Le Président de la République dit des choses qu'il ne pense pas et annonce un programme qu'il ne tient pas, comme Raymond Couderc d'ailleurs. C'est de la haute trahison. Le mensonge est ce qui se fait de pire en politique, surtout quand on a dans les mains le destin d'une nation. Nicolas Sarkozy et Raymond Couderc, c'est la même arrogance ! Sous la présidence de Jacques Blanc, nous avions respecté nos engagements vis-à-vis de l'UMP. Eux, non !

Et Georges Frêche ? Que pensez-vous de lui ?
Je n'oublie pas la pression fiscale qu'il a imposée dès son arrivée. Il l'avait d'ailleurs annoncé : deux ans pour augmenter les impôts, deux ans pour étudier les dossiers et deux ans pour distribuer l'argent. Ça a, au moins, le mérite d'être clair !

Quel regard portez-vous sur son bilan ?
La politique qu'il a menée est totalement partisane. Il a creusé une fracture régionale entre le monde rural et la grande agglomération de Montpellier. Et si Raymond Couderc est élu, il fera exactement la même erreur en privilégiant d'autres agglomérations "amies".

Finalement qu'est ce qui a changé entre la gestion "Frêche" et la gestion "Blanc" vis-à-vis de laquelle vous êtes également très critique ?
L a démesure. En augmentant les impôts, Georges Frêche a bénéficié d'un budget plus conséquent et a pu faire davantage de choses. Les copains ont changé, mais le saupoudrage est resté le même.

Justement, si vous étiez élue, quelle politique mettriez-vous en place en ce qui concerne les impôts ?
Je m'engage à les diminuer tous les ans, comme nous avions pu le faire sous la mandature Blanc, tout en continuant de mener une politique de soutien à l'économie. Je veux également obtenir l'exonération de la taxe sur le foncier non bâti pour les viticulteurs.

Quel est l'axe principal de votre programme ?
Il faut absolument relancer une politique de "relocalisation" de l'économie en Languedoc-Roussillon. Si on s'appuie sur la dimension familiale et humaine des nombreuses TPE et PME de la région, c'est possible. En revitalisant les centres des villes et des villages, on relancera le commerce rural et de proximité. Il faut absolument restaurer les circuits courts ainsi que les liaisons ferroviaires secondaires telles qu'elles existaient au début du 20 e siècle. Le réseau actuel n'en représente que 20 % ! Avec un véritable service public, on doit permettre à nos concitoyens de vivre des jours heureux dans leur région. En fait, je veux mener une politique de soutien aux compatriotes, avec toujours en ligne de mire la préférence nationale.

Il s'agit là d'un leitmotiv du FN...
Effectivement. Aujourd'hui, l'immigration pèse sur l'économie et la société et les Français en paient les conséquences. Par ailleurs, la discrimination positive a fait reculer l'égalité des chances...

Selon vous, l'immigration reste à l'origine de tous les maux ?
On voudrait nous coller l'étiquette d'extrémistes. Moi, je préfère dire que notre parti ne représente pas l'alternance mais une alternative. Nous avons toujours voulu montrer notre lucidité sur la situation actuelle, il reste maintenant à convaincre les électeurs de nous rejoindre. J'en appelle à la majorité silencieuse, celle que les politiques ont dégoûtée.

 

Recueilli par Estelle Devic

Partager cet article

Repost 0
Published by robert morio
commenter cet article

commentaires

becetto 14/03/2010 20:09


comment pouvez-vous accepter ce soir 14/03/2010 sur TF1 20h passées de peu qu'un individu journaliste commente en disant :" la mauvaise nouvelle est que le FN fasse ° de 11%". on vous injurie et
vous ne dites rien???
Vous acceptez l'anti-démocratie,