Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 21:22

« Le 27 mars, il y aura des élus FN dans l'Aude»

 

Pour le secrétaire départemental du   Front national dans l'Aude,   « les résultats du premier tour ont rassuré les électeurs du Front ». C'est pourquoi il estime que les cinq candidats de son parti qui sont en lice pour le second tour à Carcassonne Est et Sud, Narbonne Est, Coursan et Lézignan, disposent d'une   « réserve de voix chez les abstentionnistes, trop nombreux dimanche et je le regrette ».

C'est vers ceux qui ne se sont pas déplacés au premier tour que se dirige son appel à voter, ainsi qu'aux   « orphelins de l'UMP,qui ont l'occasion de se débarasser de leurs leaders nationaux et locaux , et vers   « tous les patriotes de droite ou de gauche », à qui il lance :   « Vous en avez marre, dites-le le 27 mars ».

Un « raz-de-marine »

« Le FN est bien la deuxième force politique de l'Aude, mais également de la Région », souligne Robert Morio, qui parle d'un   « véritable raz-de-marine ». Pour ce qui concerne le canton Est, où lui-même est en lice, Robert Morio dénonce un texte appelant à voter contre lui signé par les maires :   « Ce sont bien les élites contre le peuple », commente-t-il, tout en faisant remarquer que son score   « n'est pas gonflé par l'abstention : je fais 125 voix sur Cavanac alors que d'habitude nous en faisons entre 50 et 75 ».

Quant à Grégory Guillaume, en lice sur Carcassonne Sud, il appelle les abstentionnistes   « à se mobiliser en mémoire à ceux qui sont morts pour le droit de vote ». Il ironise sur l'appel à   « se souvenir de 2002 » lancé par le président de l'UMP -   « On a vu ce que ça a donné par la suite » - et termine sur cette formule :   « Un élu PS de plus ou de moins au conseil général de l'Aude ne changera pas grand-chose. Nous, nous serons le poil à gratter ». Car, selon Robert Morio,   « il y aura, le 27 mars au soir, des conseillers généraux FN dans l'Aude ».

Partager cet article

Repost 0
Published by robert morio
commenter cet article

commentaires