Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 13:02

affiche sutter

Avec son mari, elle souffrait de vivre dans une cité sensible à Evreux. Cela a duré treize ans. Aujourd'hui engagée, elle veut défendre « notre identité et les valeurs traditionnelles de notre mode de vie ».

« Un calvaire »…Quand Marie-Josée Sutter revient sur ce qui l'a amenée à s'installer ici, en terres audoises , avec son mari, elle ne mâche pas ses mots. « Nous habitions une cité sensible en Normandie, à Vernon, dans l'Eure », raconte-t-elle, poursuivant avec les « agressions en tous genres, les voitures brûlées, les insultes incessantes, les crachats qui pleuvaient sur le couple, le bruit incessant avec toute cette population qui ne vit pas comme nous »… Et de résumer : « Nous étions envahis par l'immigration et quand on a vécu tout ça, on dit stop. Il y en a trop ! En Normandie, on ne compte pas le nombre de zones de non-droit où même les sapeurs-pompiers ne peuvent pas entrer parce qu'ils y sont systématiquement caillassés ».

La retraite venue, son mari victime de problèmes de santé… tous deux voulaient quitter ce quartier mais « financièrement, ne le pouvaient pas. C'était trop cher », explique-t-elle. Mais le ras-le-bol était là. « Nous connaissions la région, mon mari a une sœur à Gruissan, nous y venions en vacances. Le prix des loyers, ici, plus raisonnable que chez nous, nous a séduits ». En 2008, le couple décide de s'installer dans le Midi. Ce sera un petit village de la région de Limoux.

En 1988, Marie-Josée Sutter avait adhéré au Front national en Normandie, elle resigne ici, dès son arrivée. « Au départ nous étions militants, avec mon mari. Nous avons connu des problèmes de chômage et d'autres soucis, donc pas le cœur pour nous engager davantage mais nous nous étions promis de le faire, d'essayer de faire bouger les choses dès que nous referions surface. Il y a trop d'injustices… Dans sa Normandie natale, Marie-Josée Sutter avait brigué deux mandats aux cantonales de 2001 et 2008 sur des cantons d'Evreu et sa banlieue, elle décide de s'engager ici, sur ses terres d'adoption. C'est ainsi qu'on la découvre candidate aux dernières cantonales en 2011, à Salles-sur-l'Hers et pour ces législatives-ci où elle est sûre de faire un score encore meilleur qu'aux présidentielles ». Un engagement qu'elle conçoit comment ? « Pour ma part, je souhaite défendre le monde rural et me battre pour le maintien du service public. Je le vois, les écoles ferment, il n'y a plus de centres médico-sociaux… Rien pour se déplacer. Sans voiture, on ne peut rien faire. Pour les jeunes, il n'y a rien non plus dans nos villages. Il faudrait construire des foyers, des stades, des lieux où, encadrés, ils pourraient pratique le sport, la musique… Tout commence par les jeunes. Aujourd'hui, ils sont à la dérive… ». Et de poursuivre : « Les jeunes aiment beaucoup Marine Le Pen, les femmes aussi. Elle est très ouverte». Le porte-à-porte ? « Bien sûr que nous en faisons et nous sommes toujours très bien reçus , pointe-t-elle, notant un sentiment d'insécurité qui revient souvent. Ils parlent des cambriolages, se sentent menacés».

 

article de "La dépêche du Midi" édition Aude du 30 mai 2012.


Partager cet article

Repost 0
Published by robert morio
commenter cet article

commentaires

gerard.morio 01/06/2012 16:34

felicitation pour cette participation a ces elections