Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 20:31

cgt

 

Lors de la dernière commission permanente du Conseil Régional du Languedoc-Roussillon, a été proposé l'attribution de subventions aux organisations syndicales régionales, sous l'intitulé "développement économique et de l'emploi".

 

Ainsi était proposé:  

 

CFDT : 36 500 euros 

 CFTC : 21 500 euros

 CGC : 21 000 euros

 CGT : 50 000 euros

FO : 36 500 euros

 FSU : 20 000 euros

UNSA : 22 200 euros

 

  Seul le groupe du Front National a voté contre cette subvention.

En effet nous considérons que les organisations syndicales ont abandonnées les travailleurs français, c'est pour cela que l'effectif de leurs adhérents ne cesse de baisser. Les syndicats devraient subvenir à leurs besoins avec le seul argent de leurs cotisants, pas avec l'argent public.

Les syndicats sont les défenseurs de la mondialisation et de l'immigration à outrance, même si ce phénomène pèse à la baisse sur les salaires des ouvriers français avec la complicité des grands patrons.

Le vote de cette subvention a été salué par Georges Frêche par un " Merci pour les rouges".

 

Encore une fois seul le Front National défend l'utilisation des deniers publics.



 

Partager cet article

Repost 0
Published by robert morio
commenter cet article

commentaires

olivier 11/10/2010 18:57


quand on rentre du travail,fatigue ,je peut dire que c est une nouvelle qui me met du baume au cœur,super.


Brice de Carcassonne 10/10/2010 23:28


Election Municipale a Bagnols: c'est la montee de l'everest pour Bagnols le Front National a 16,85% contre 7.78% en 2008...La vague Bleue Blanc Rouge arrive...enfin...Bravo pour le F.N de Bagnols.


olivier 09/10/2010 21:56


bien sur monsieur Morio,pas de papiers pas de droits,encore que les papiers ne veulent rien dire ,c est dans la mentalité que tout se joue,on se sent français on peut obtenir des droits,on pourra
dire un jour "le front national on était les seuls;en résistance"ah cette victoire que j y crois.