Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 10:12

photo narbLe traité budgétaire européen, dossier examiné en ce moment par les députés, reste en travers de la gorge du Front national. Robert Morio et Laure-Emmanuelle Philippe l'ont clairement exprimé - hier - au nom de leur parti et de leur vision de la politique "intra muros".

"Ce traité est un véritable hold-up démocratique" lance le responsable audois du FN en guise de préambule, en prolongeant : "Hollande en est le père adoptif après l'avoir dénoncé. Et il va aujourd'hui l'appliquer !".

Le FN reproche vertement au traité "de soumettre le budget de la France aux décisions de Bruxelles" : "Tout cela pour dégager de l'argent destiné à payer les dettes de pays comme la Grèce, l'Espagne ou l'Italie. Réaliser des économies pour régler les dettes des autres, non merci. Et ce, pour que l'Allemagne continue à faire du commerce et pour sauver l'euro...".

Pour Robert Morio, "le traité n'a aucun intérêt, il acte un transfert de souveraineté vers des technocrates européens non élus. L'acier, le charbon, l'agriculture, la pêche, les frontières, tout ce que l'Europe touche est détruit".

Le FN adresse donc un appel "à François Hollande pour qu'il soit en accord avec les positions qui étaient les siennes en février dernier à propos du traité européen, période au cours de laquelle les députés socialistes n'avaient pas voté pour ce traité, ils s'étaient abstenus, alors que maintenant, ils vont le voter avec l'UMP".

Pour un référendum

Le Front fait actuellement campagne pour mobiliser les Français "contre l'euro fanatisme" : "Nous faisons signer une pétition et nous distribuons une carte postale pré-affranchie. Le tout sera envoyé au Président de la République en disant bien haut que c'est à nous de décider du sort de la France". Le FN appuie aussi "ce que reflète l'opinion publique à 72 %, l'organisation d'un référendum sur la question".

Pour Robert Morio, "cette mobilisation devrait interpeller les maires des communes rurales, condamnées à disparaître avec la politique européenne. Sauver la souveraineté nationale, c'est sauver la souveraineté locale".

Au-delà de ses actions, le FN espère "provoquer un débat sur le traité". Il conclut, comme pour défendre une alternative : "Sur ce coup-là, Hollande et Sarkozy, c'est pareil".

 

article "l'Indépendant" édition Narbonne du 09 octobre 2012.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by robert morio
commenter cet article

commentaires