Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 13:38

affiche morioJe tiens à remercier les électrices et les électeurs de la première circonscription qui, à 39% ce sont portés sur ma candidature.

Le Rassemblement Bleu Marine a fonctionné entre les deux tours puisque je double presque le nombre de voix.

 

Je note aussi que 42.5% des carcassonnais ne veulent déjà plus de Jean Claude PEREZ comme Maire de Carcassonne et cela seulement après 3 ans de mandat.

 

Je remercie également les militants qui n'ont pas compté leur temps pour obtenir ce score historique pour le Front National dans l'Aude.

 

Je vous donne rendez vous pour les prochains combats politiques de 2014.

Repost 0
Published by robert morio
commenter cet article
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 13:54

J'appartiens au groupe Front National, présidé par France JAMET; notre groupe est composé de 10 élus de terrain, qui interviennent et s'opposent sur tous les dossiers orientés politiquement.

 

Le groupe FN a même le titre de premier opposant au Conseil Régional à la politique soutenue par les socialo-verts-communistes, qui fait malheureusement de notre région la première en nombre de chômeurs et de pauvres.

Sur le choix de nos votes, il est vrai que nous votons contre la hausse constante des impôts voulu par la Gauche, contre tous les projets dit « gratuits » qui sont en fait payés doublement par les contribuables, contre les subventions aux associations inutiles ou partisanes de Gauche, contre tous les dossiers qui ne sont pas de la compétence de la Région.

 

Si les socialistes à la Région LR, faisaient une bonne politique, nous aurions pu voter les dossiers, mais malheureusement, ils ruinent et appauvrissent notre Région.

 

Robert MORIO

 

Droit de réponse publié par aucun journaux.

Repost 0
Published by robert morio
commenter cet article
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 21:24

8aacfe20[1]

Suite à un bilan connu et reconnu sur le terrain, nous apportons notre soutien plein et entier, sans failles, à M. Robert MORIO, Conseiller régional, et candidat aux élections législatives dans la 1ere circonscription de l'Aude pour les raisons suivantes :
- refus de voter la subvention concernant l'organisation d'un colloque FLN à Nîmes le 10 mars dernier ;
- soutien de ce dernier pour dénoncer la vente du cimetière harki du camps de Pujol de Bosc pour une opération immobilière privée ;
- fils de rapatrié comme nous, il a su être à notre écoute et à nos côtés contrairement au candidat sortant M. Jean-Claude PEREZ, élément contre-nature, anti-harkis et allergique à notre histoire et ayant inauguré le rond-point du 19 mars 1962 en 2011 sur Carcassonne.
Les rapatriés Harkis donnent rendez-vous à tous les Français de souche, de coeur et d'esprit, de se joindre à nous en soutenant le candidat du Rassemblement Bleu Marine, M. Robert MORIO le 17 juin prochain afin de lutter contre le mépris et l'oubli.
Mohamed BELLEBOU
Coordination des Associations de Rapatriés Harkis.
Repost 0
Published by robert morio
commenter cet article
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 10:33

Trèbes

Repost 0
Published by robert morio
commenter cet article
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 10:31

midi libre

Repost 0
Published by robert morio
commenter cet article
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 14:50

affiche philippe

La candidate du Front national, Laure-Emmanuelle Philippe mène campagne en s'appuyant sur les résultats de Marine Le Pen lors de la dernière Présidentielle. Décomplexée, elle se réjouit de l'accueil de sa candidature.

Le Front national et ses thèses, Laure-Emmanuelle Philippe est tombée dedans quand elle était petite. La candidate du Front national sur la deuxième circonscription a été nommée officiellement par le président départemental Robert Morio le 25 mai dernier au nom du respect de la parité. 35 ans, divorcée et mère de deux enfants, elle s'est installée à Port-Leucate en 2010. Station balnéaire qu'elle connaît par cœur pour y avoir passé toutes ses vacances lorsqu'elle était enfant.

« Depuis l'âge de 18 ans je milite pour le Front national. J'ai été victime d'agressions physiques et verbales et j'en ai assez des inégalités, des différences qui profitent toujours aux étrangers. Moi, j'ai eu une éducation qui reposait sur le respect, le patriotisme, l'équité, l'éducation familiale… » dit-elle en évoquant les années de sa vie passées à Lyon. Très vite, elle a mené campagne à sa façon. Aux meetings, elle a préféré le tractage, les distributions dans les boîtes aux lettres et les rencontres avec les gens sur les marchés.

« Nous ne sommes plus les candidats à qui on ne parle pas. Les gens, au contraire, sont super-accueillants. Ils ont peur. Peur de voir leur culture partir à vau-l'eau, peur de voir disparaître leurs racines, peur de l'insécurité, de l'immigration. Même s'ils ne sont pas, ici, directement confrontés à l'islamisme, ils voient comment les choses évoluent et l'ampleur qu'elles prennent. Avant, je me souviens, sur les marchés, j'entendais parler catalan, espagnol, maintenant c'est l'arabe », affirme Laure-Emmanuelle Philippe qui revendique et fait siennes toutes les thèses du Front national.

« représenter Marine Le Pen »

À la question: quels sont les dossiers locaux qu'elle portera à l'Assemblée nationale, la réponse est sans ambiguïté: « Les valeurs du Front national et tout le programme qui a été défendu par Marine Le Pen lors de la présidentielle. Des valeurs que je partage à 200 % ». Et d'évoquer, de nouveau l'immigration, l'emploi, la défense des services publics dans les villages…

Les récents sondages sur le premier tour des législatives qui lui donnent 17 %, et la place en quatrième position, la candidate frontiste les balaie d'un revers de la main. « Je serai au second tour et je l'emporterai pour représenter Marine Le Pen à l'Assemblée », affirme-t-elle. Le score du Front national pèsera-t-il sur les législatives comme il a pesé sur le premier tour de la Présidentielle ? Laure-Emmanuelle Philippe en est convaincue. Dans plusieurs communes du littoral, le FN est en effet arrivé en tête comme à Port-la-Nouvelle, Villedaigne… alors la candidate frontiste espère rebondir sur les législatives.

 

Article paru dans édition "La dépêche du Midi" du 06 Juin 2012.


Repost 0
Published by robert morio
commenter cet article
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 14:33

les halles Narbonnetractage marché Castel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo 466Photo 464

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMAG0237Photo 461

Repost 0
Published by robert morio
commenter cet article
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 13:09

affiche morioLe secrétaire départemental du Front national, Robert Morio, devrait se retrouver en position de challenger à Carcassonne face au député PS sortant. Sans nier la déconfiture de l'UMP, il assure que son parti a fait un très gros travail.

Les chiffres sont têtus et le secrétaire départemental du Front national patient. Robert Morio sait que son parti grignote inéluctablement le capital électoral de la droite audoise et attend son heure. Déjà conseiller régional (depuis 2004 il siège dans l'opposition) il monte à l'assaut des législatives assis sur un matelas de voix qui a fait du FN, lors de la dernière élection présidentielle, la seconde force politique du département. Même s'il sait que le député socialiste sortant de Carcassonne, Jean-Claude Pérez sera difficile à détrôner, les observateurs de la politique locale le donnent présent au second tour comme seul challenger.

Né en 1973 à Carcassonne, « au Dôme » se plaît-il à rappeler, il adhère au Front national à l'âge de 20 ans. Dans la foulée, en 1994, il devient secrétaire national du Front national jeunes tout en préparant une licence d'histoire à l'Université Paul-Valéry de Montpellier. Le diplôme en poche, il choisit d'effectuer un service militaire long (22 mois au lieu de 10 pour l'époque), fait ses classes à Saint-Cyr et son temps de sous -lieutenant au camp militaire de Canjuers dans le Var. Il quittera l'uniforme pour entrer dans l'administration pénitentiaire, mais reste aujourd'hui encore capitaine de réserve dans l'armée de terre, service du Train. Il prend son premier poste de surveillant à la prison de Fresnes et est aujourd'hui en service à la prison de la Santé. Il envisage une mutation pour le centre de détention de Muret tout en assurant « qu'il n'a jamais été du bon côté pour la validation des demandes ».

Sur le plan politique, Robert Morio dit être « l'homme d'un seul parti » et s'il a rapidement pris ses responsabilités au niveau national, il lui faudra attendre 1999 pour se voir installer aux commandes du département, une responsabilité qu'il se voit confier dans la tourmente de la « scission mégretiste ».

Depuis, le secrétaire départemental est devenu le fer de lance du FN qui revendique 500 adhérents dans le département mais surtout des résultats électoraux inespérés il y a quelques années seulement. Lors des dernières cantonales, les candidats du FN, dont Robert Morio, se retrouvaient seuls en lice face auPS au deuxième tour des cantonales de février 2011. Et depuis, la déconfiture de l'UMP sur le plan local et départemental ne s'est pas arrangée, le FN engrangeant des résultats en hausse constante. « La candidate de l'UMP, Monique Boonen est une candidate par défaut, critique Robert Morio. Est-ce que les électeurs UMP se reconnaissent dans des représentants comme Jean-Luc Roux, qui appellent à voter socialiste pour faire battre nos représentants aux cantonales ? Je ne suis pas sûr. Ce que je constate c'est que les choses ont beaucoup évolué. La personnalité de Marine Le Pen a fait doubler notre effectif de militants. Tout ça veut dire que pour nous, la situation est de plus en plus mûre, les gens veulent agir, d'électeurs, ils veulent devenir militants. J'ai noté une très nette évolution dans l'accueil que l'on reçoit sur le terrain. Notre premier objectif, c'est d'être devant l'UMP au premier tour des législatives. On pense aussi aux municipales de 2014, là, on aura vraiment nos chances ».

Article de "la Dépêche du Midi" édition Aude du 31 Mai 2012.

Repost 0
Published by robert morio
commenter cet article
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 13:02

affiche sutter

Avec son mari, elle souffrait de vivre dans une cité sensible à Evreux. Cela a duré treize ans. Aujourd'hui engagée, elle veut défendre « notre identité et les valeurs traditionnelles de notre mode de vie ».

« Un calvaire »…Quand Marie-Josée Sutter revient sur ce qui l'a amenée à s'installer ici, en terres audoises , avec son mari, elle ne mâche pas ses mots. « Nous habitions une cité sensible en Normandie, à Vernon, dans l'Eure », raconte-t-elle, poursuivant avec les « agressions en tous genres, les voitures brûlées, les insultes incessantes, les crachats qui pleuvaient sur le couple, le bruit incessant avec toute cette population qui ne vit pas comme nous »… Et de résumer : « Nous étions envahis par l'immigration et quand on a vécu tout ça, on dit stop. Il y en a trop ! En Normandie, on ne compte pas le nombre de zones de non-droit où même les sapeurs-pompiers ne peuvent pas entrer parce qu'ils y sont systématiquement caillassés ».

La retraite venue, son mari victime de problèmes de santé… tous deux voulaient quitter ce quartier mais « financièrement, ne le pouvaient pas. C'était trop cher », explique-t-elle. Mais le ras-le-bol était là. « Nous connaissions la région, mon mari a une sœur à Gruissan, nous y venions en vacances. Le prix des loyers, ici, plus raisonnable que chez nous, nous a séduits ». En 2008, le couple décide de s'installer dans le Midi. Ce sera un petit village de la région de Limoux.

En 1988, Marie-Josée Sutter avait adhéré au Front national en Normandie, elle resigne ici, dès son arrivée. « Au départ nous étions militants, avec mon mari. Nous avons connu des problèmes de chômage et d'autres soucis, donc pas le cœur pour nous engager davantage mais nous nous étions promis de le faire, d'essayer de faire bouger les choses dès que nous referions surface. Il y a trop d'injustices… Dans sa Normandie natale, Marie-Josée Sutter avait brigué deux mandats aux cantonales de 2001 et 2008 sur des cantons d'Evreu et sa banlieue, elle décide de s'engager ici, sur ses terres d'adoption. C'est ainsi qu'on la découvre candidate aux dernières cantonales en 2011, à Salles-sur-l'Hers et pour ces législatives-ci où elle est sûre de faire un score encore meilleur qu'aux présidentielles ». Un engagement qu'elle conçoit comment ? « Pour ma part, je souhaite défendre le monde rural et me battre pour le maintien du service public. Je le vois, les écoles ferment, il n'y a plus de centres médico-sociaux… Rien pour se déplacer. Sans voiture, on ne peut rien faire. Pour les jeunes, il n'y a rien non plus dans nos villages. Il faudrait construire des foyers, des stades, des lieux où, encadrés, ils pourraient pratique le sport, la musique… Tout commence par les jeunes. Aujourd'hui, ils sont à la dérive… ». Et de poursuivre : « Les jeunes aiment beaucoup Marine Le Pen, les femmes aussi. Elle est très ouverte». Le porte-à-porte ? « Bien sûr que nous en faisons et nous sommes toujours très bien reçus , pointe-t-elle, notant un sentiment d'insécurité qui revient souvent. Ils parlent des cambriolages, se sentent menacés».

 

article de "La dépêche du Midi" édition Aude du 30 mai 2012.


Repost 0
Published by robert morio
commenter cet article
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 21:40

islam Pour la seconde fois, une église est attaquée à Carcassonne par des maghrébins.

Leur haine de la France est aussi une haine contre les chrétiens.

C'est une nouvelle fois une église proche d'un quartier sensible, car à forte sensibilité immigrés, qui est la cible d'une attaque. Après les agressions de fidèles tous les dimanches de la paroisse Saint Jacques du Viguier, c'est l'église Saint Joseph proche du quartier La Conte qui est la cible.

La sainte messe a été profanée par un groupe de jeunes hommes, armés de pierres, qui ont attaqué les fidèles en prière, en plein office, dans l'église.

Cet acte prémédité, qui n'a fort heureusement fait aucun blessé , est un acte de haine et de pression sur les catholiques de ce quartier.

Il n'y a pas qu'en Egypte ou au Nigeria que les chrétiens sont persécutés, à Carcassonne aussi.

 

Qui a armé la main de ces adeptes de la terreur, dans un quartier qui a déjà connu un remplacement de population voulu par nos gouvernants de Droite comme de Gauche ?

 

Robert MORIO et le Front National ont apporté un soutien aux fidèles de cette paroisse, victimes de cette agression anti chrétienne pendant la fête de la Pentecôte.

Le racisme n'est pas là ou les médias nous le disent.

Repost 0
Published by robert morio
commenter cet article